VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

La balle est dans ton camp. Vise la tête } Adrian
ϟ celui qui lit ce titre est un elfe de maison. Ceci était la touche d'humour de Thor.
avatar
Ziggy I. Fitzpatrick
this is the wizzarding world of
Je suis à l'université
informations
Je suis à l'université

correspondances : 32
entrée : 24/06/2014
gallions : 445



Message Posté Mer 23 Juil - 17:28.
La balle est dans ton camp. Vise la tête
Fight. Tell the truth. Or lies.


informations particulièrement pas importantes
ϟ dénomination courante des participants ▬ Adrian Lesskov & Ziggy Fitzpatrick
ϟ  étiologie du statut subjectif ▬  Privé
ϟ  datation approximative du moment exact ▬ Début septembre
ϟ  cadran lunaire appréciable ▬ Vingt-heures
ϟ  météorologie sorcièrement acceptable ▬  Temps sec et venteux
ϟ  saison saisissante et palpitante ▬ 3
ϟ  intrigue globalement intriguante ▬  jeséjamais
ϟ chatiment divin exigible ▬  Nein


Dernière édition par Ziggy I. Fitzpatrick le Jeu 24 Juil - 11:00, édité 2 fois
avatar
Ziggy I. Fitzpatrick
this is the wizzarding world of
Je suis à l'université
informations
Je suis à l'université

correspondances : 32
entrée : 24/06/2014
gallions : 445



Message Posté Mer 23 Juil - 17:29.
Souffle saccadé, voilà qui laisse deviner que tout se décide. Maquillé comme à la craie, tout détonne et tout me plait. Les mains sont livides vide vide vide. Le chignon est noué, les pointes roses emmêlées, la nuque blanche et tatouée à la vue des autres. Le regard se fait fuyant, parfois indiscret, toujours insistant quant il rencontre de la résistance. Pourtant lorsqu’on la voit, on sait que l’âme vacille, incertaine, cherchant à être étouffée, enveloppée, protégée loin des méandres qui l’attire. Et depuis qu’elle était à Durmstrang, le gouffre qu’elle essayait tant de fuir semblait enfin la laisser tranquille. Eloignée de ses démons et de la mort si récente de son cousin, lentement Ziggy essayait peu à peu de se reconstruire, de revivre, ne serait-ce qu’un peu, même si elle s’y prenait mal, même si elle s’écorchait l’âme et le corps au passage. Pour l’instant, le vent froid et sec semblait littéralement éroder ses idées noires et être si loin de chez elle ne lui permettait pas d’y replonger souvent. Trop de nouveaux regards qu’elle sentait se poser sur elle, s’incruster dans sa chair, dans ses pores, trop de phrases dont elle ne comprenait guère le sens, trop. Son attention était retenue par chaque chose, chaque personne qui croisait son chemin, et à chaque fois Ziggy sentait ses muscles se tendre doucement, la carcasse ne ploie plus, elle s’exhibe, fière. Mais malgré tous les efforts que l’irlandaise pouvait faire, cela ne suffisait pas, cela ne suffirait jamais. A la fin, les autres s’en allaient toujours, à la fin, la nuit tombait toujours, à la fin, elle était toujours seule avec sa putain de mélancolie qui asphyxiait ce qui lui restait d’âme. Toujours les mêmes souvenirs qui revenaient la hanter, toujours lui. Toujours là.

Mais maintenant, Ziggy prenait les devants. Elle sortait de sa torpeur, traversait les couloirs de l’université sans regarder les autres, ignorant leur regard, emmerdant sa parano et voulant juste retrouver le vent qui lui fouettait le visage. A chaque fois elle déambulait, crachant au ciel, des injures sur une foi qui ne la calmait plus, qui ne lui donnait plus le repos qu’elle recherchait. Alors Ziggy vacille, Ziggy cherche l’endroit. Le plus souvent c’est au Tigre Vert, aujourd’hui aussi. Sa main fine tourne la poignée alors que déjà la chaleur presque suffocante du lieu vient la saisir à la gorge. Elle ne s’en plaint pas. Les quelques regards la plante sur place, mais bien vite, Ziggy se ressaissit. Elle en a rien a foutre des autres. Ils ne peuvent plus l’atteindre. Hein, pas vrai Caïn, ils ne peuvent plus m’atteindre. Le regard se fait hautain, ses lèvres sont serrées et la respiration est lente. Doucement Ziggy s’avance, s’assoit sur un coin du bar et respire enfin. Ses pupilles fixent le bois bouffé par les mites. Un doigt fin suit les sillons creusés. Elle ne sait pas combien de minutes, elle est restée comme ça, si vide, si absente. Elle ne sait pas combien de temps elle avait oublié les autres, leur présence qui l’empoisonnait autant. Je regarde le temps pressé. Et puis il y a la sensation étrange d’être transpercé, ça irrite la gorge et on serre les dents. Les pupilles bleues se lèvent, lui, il est là. Devant. A attendre la commande. Elle l’ignore. Parce que la violence qu’engendraient leurs paroles, peut être que Ziggy ne pourrait pas la supporter à ce moment précis. Mais il est trop proche, il la regarde, il fallait qu’elle attaque, question de survie. « Un whisky pur-feu, le traitre. » La voix est lancinante, presque absente, douce. Mais le regard se veut dur, glacial. Poupée qui joue à la grande, poupée qui s’amuse, poupée qui a envie qu’on la bouscule, qui a envie de crier, juste pour voir si elle pouvait encore le faire. Si elle est encore vivante. Le traitre. Elle ne veux même plus croire qu’elle l’a côtoyé, elle ne veux même plus croire qu’il l’a trahi, elle ne veux même plus croire qu’il existe.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Lun 11 Aoû - 14:50.