VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

Tarte est pris, qui croyait prendre {Défi septembre}
ϟ celui qui lit ce titre est un elfe de maison. Ceci était la touche d'humour de Thor.
avatar
Honoria P. Vanger
this is the wizzarding world of
Je suis à l'université
informations
Je suis à l'université

correspondances : 164
entrée : 05/06/2014
gallions : 2588

♦ Nota Bene
: La personne qui lui a sauvé la vie en la mettant à l'abri durant un combat.
: vos relations principales ici
: un chaton surnommé snövit, trois portoloins, 2 tickets de transplanage, une potion de mort, une fiole de felix felicis, un sabre de combat supérieur, un uniforme d'escrime, une poudre d'obscurité instantanée.



Message Posté Sam 18 Oct - 17:17.
Tarte est pris qui croyait prendre
l'art de négocier

 

 
informations particulièrement pas importantes
ϟ dénomination courante des participants ▬ Honoria P. Vanger
  ϟ  étiologie du statut subjectif ▬ Défi solo
  ϟ  datation approximative du moment exact ▬ Début septembre 2057
  ϟ  cadran lunaire appréciable ▬ 21 H
  ϟ  météorologie sorcièrement acceptable ▬ il fait nuit
  ϟ  saison saisissante et palpitante ▬  saison 3
  ϟ  intrigue globalement intriguante ▬ 301
  ϟ chatiment divin exigible ▬ Non, ça ira.
 
avatar
Honoria P. Vanger
this is the wizzarding world of
Je suis à l'université
informations
Je suis à l'université

correspondances : 164
entrée : 05/06/2014
gallions : 2588

♦ Nota Bene
: La personne qui lui a sauvé la vie en la mettant à l'abri durant un combat.
: vos relations principales ici
: un chaton surnommé snövit, trois portoloins, 2 tickets de transplanage, une potion de mort, une fiole de felix felicis, un sabre de combat supérieur, un uniforme d'escrime, une poudre d'obscurité instantanée.



Message Posté Sam 18 Oct - 17:29.
Tu avais passé ta journée à tester les élèves dans différentes épreuves dans la forêt interdite. Yéti, acromentula, toutes les créatures magiques y étaient passées. Tu n’avais pas fait grand-chose évidemment, comparé aux élèves qui avaient eu à affronter l’épreuve pour savoir s’ils allaient rester dans leur niveau ou au contraire régresser. Pourtant, rester vigilante au cas où l’élève serait incapable de faire face à la bête et la petite marche t’avait tout de même donné faim. Pour une fois, tu avais de l’appétit et tu avais hâte d’être arrivée dans la salle. Tu ne t’étais certainement pas attendue à arriver dans une salle ou il n’y avait absolument aucune nourriture sur les tables. Une fois que vous aviez tous été rassemblés, le directeur avait fini par dévoiler la raison de cette absence, une grève des elfes de maison. Était-ce seulement possible que ces créatures ne vivant que pour servir les humains décident d’avoir des revendications ? Étrange et franchement très énervant. Tu n’étais d’ailleurs pas la seule à le penser. Sitôt l’annonce terminée, des mécontentements s’élevèrent de partout dans la salle avant que le nouveau directeur n’exige le silence et vous renvoie tous vous coucher. Sans manger évidemment. S’ils ne comptaient pas agir, toi tu n’allais certainement pas rester ici sans rien faire. Sans un mot à personne, tu pris la direction des cuisines. Il était hors de question que tu n’ailles dormir avec l’estomac vide. Surtout que tu n’avais pas un grand appétit ces derniers temps, alors pour une fois que tu avais faim, tu n’allais pas sauter un repas. Tu allais manger d’une façon ou d’une autre, en cuisinant toi-même ou en négociant avec les elfes. C’était totalement inadmissible que le directeur annonce cette grève sans donner la moindre explication. Combien de temps est que cela allait durer ? Que voulaient-ils ? Tu comptais en avoir le cœur net.

C’était la première fois que tu prenais la direction des cuisines, mais tu finis par les trouver. Les elfes étaient rassemblés dans la pièce, autour du feu. Pour la première fois, tu te sentis intimidée devant eux quand leurs yeux globuleux se tournèrent vers toi. Pour reprendre un peu contenance, tu ne réfléchis même pas, ton instinct de guerre reprenant le dessus. Ta baguette retrouva ta main avec habitude et un jet rouge en sortit. Mauvaise idée, très mauvaise idée. L’elfe attaqué claqua des doigts avec un air supérieur et le sort revint vers toi comme s’il avait ricoché sur une glace invisible. Une seconde plus tard, tu eus l’impression d’avoir rapetissé à vue d’œil. « Qu’est ce que ? Qu’est ce qui s’est passé ? » Tu étais confuse et semblais dégager un arôme déroutant de pomme. Tu tentas de lever une main vers ton visage et t’aperçus que tu n’avais plus de main, ni de pied. Panique. Tu étais devenue une tarte aux pommes. Une tarte parlante. Quelle horreur ! L’ironie de la situation ne t’échappait pas. Tu avais eu faim et au final, tu devenais le plat qui te faisait tant envie. « Qu’est ce que tu m’as fait ? J’étais venue pour négocier avec vous ! J’avais juste faim, mince ! J’étais prête à vous écouter… » L’elfe avança vers toi avec un air vorace et tu regrettas de sentir aussi bon. Si une tarte avait été capable de blanchir d’inquiétude, c’est ce qui te serait arrivé. Tu étais sans défense. Tu n’allais plus jamais envisager le fait de manger de la même manière. « Attend ! N’approche pas plus ! N’approchez pas vous tous ! Tu n’as tout de même pas l’intention de me manger ? Les elfes ne doivent pas faire de mal aux sorciers… Je ne suis pas une tarte à la confiture, je suis une sorcière ! » Tu allais finir dévorée par un elfe cruel après avoir simplement combattu des sorciers pendant plusieurs mois. C’était vraiment une fin ridicule quand même. Et même si tu n’étais pas dévorée, comment allais-tu retrouver ton ancienne apparence ? Tu doutais que les professeurs acceptent de faire cours à une tarte. « Je vois une délicieuse tarte posée sur le sol… Aucune sorcière. » Tu manquas de t'étouffer de colère. Non, mais quelle mauvaise foi ! Réfrénant l'envie de hurler ce qui serait contreproductif, tu utilisas ton côté rationnel. « Est-ce qu’une tarte est capable de parler ? Écoute, je suis désolée d’avoir cherché à t’attaquer. J’ai eu peur. Tout ce que je voulais, c’était manger quelque chose. J’étais même prête à le cuisiner moi-même. » Tu n’allais pas abandonner la partie. Puisque ton physique ne servait à rien cette fois, au moins tu allais pouvoir exercer le pouvoir des mots. Ce serait un bon entraînement pour plus tard. Et même si jamais ce méchant elfe tentait de te goûter, tu n’allais pas te taire. Tu allais faire le plus de bruit possible au contraire. « D’ailleurs, pourquoi refusez-vous de cuisiner ? Puisque c’est à cause de ça que je suis dans cette galère, j’ai tout de même droit à une réponse…» Un autre elfe, qui semblait être l’instigateur de toute l’affaire, s’avança, prenant un air grave. Tu te demandas bien ce qu’il allait pouvoir te dire pour sembler aussi sérieux. « Nous exigeons de porter des kimonos en soie dorénavant et refusons de reprendre le travail tant que le directeur n’aura pas accédé à notre requête. » Grand silence. Peut-être que tu avais de la chance d’être déjà une tarte sinon tu aurais été incapable de rester impassible. « Des kimonos ? » Tu risquais d'être dévorée pour une histoire de kimonos. Incrédulité la plus totale et aussi une furieuse envie de te mettre à rire devant le ridicule de la situation. Mais il valait mieux éviter de les provoquer vu que tu étais à deux doigts de servir de plat de résistance. « Chacun ses petits secrets. Moi par exemple, j’adore aller me promener autour du lac les soirs de clair de lune… Mais il ne faut pas le répéter, ce n’est pas vraiment autorisé. Je suis sûre que le directeur va finir par dire oui. C’est très agréable de porter un kimono… » Et tu te congratulas intérieurement sur ton raisonnement parce que tu venais peut-être bien de trouver une échappatoire à ton funeste destin. Illumination. Le moment de grâce où tu te dis que tu viens peut-être de te sauver. « D’ailleurs, j’en ai un moi ! Si vous me redonnez forme humaine, je vais le chercher et je vous l’offre. Ce sera mon cadeau ! Un kimono en échange de ma vie ! » Consensus de tous les elfes pendant lequel tu croisas des doigts imaginaires. C’était soit ça, soit finir dévorée par cette meute. « Marché conclus. » Vraiment ? Le soulagement intense que tu ressentis ne fut supplanté que lorsque tu quittas ton apparence de tarte. Tu retrouvas avec le plus grand des bonheurs tes membres, et ton estomac malheureusement toujours aussi vide. Ça n’avait plus d’importance. Tu n’allais pas mourir de sauter un repas.

Tarte est pris, qui croyait prendre {Défi septembre}

T H E . H E A R T . O F . A . D R A G O N :: К у х н я

Sujets similaires

-
» On pietine sur notre President, ca fait mal, mais c'est ce qu'il voulait
» Qui est pris qui croyait prendre... [Mission #8 - Groupe 1]
» [Plage] Tel est pris qui croyait prendre
» Jour 7 : Tel est pris qui croyait prendre
» Tel est pris qui croyait prendre - Acte II

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: