VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

La violence est la faiblesse de l’orgueil ♦ Evdokiya & Mischa
ϟ celui qui lit ce titre est un elfe de maison. Ceci était la touche d'humour de Thor.
avatar
Mischa K. Krushnic
this is the wizzarding world of
sadique est mon deuxième prénom.
informations
sadique est mon deuxième prénom.

correspondances : 29
entrée : 28/11/2014
gallions : 325

♦ Nota Bene
: recherches de liens en tout genre.
: //
: Ma baguette



Message Posté Dim 21 Déc - 7:14.
La violence est la faiblesse de l’orgueil
In a completely sane world, madness is the only freedom


informations particulièrement pas importantes
ϟ dénomination courante des participants ▬ Evdokiya Voïnova & Mischa K. Krushnic
ϟ étiologie du statut subjectif ▬ Privé
ϟ datation approximative du moment exact ▬ Début du mois d'Octobre 2057, jour scolaire
ϟ cadran lunaire appréciable ▬ 12h30, juste après la fin des cours du matin
ϟ météorologie sorcièrement acceptable ▬ Le ciel est gris, l'air frais : peut-être l'annonce de l'hiver, ou bien c'est simplement l'effet de la présence des détraqueurs
ϟ saison saisissante et palpitante ▬ Saison 3
ϟ intrigue globalement intriguante ▬ 3X02 : Strange things did happen here
ϟ chatiment divin exigible ▬ C'est à Dominus de voir s'il souhaite intervenir


avatar
Mischa K. Krushnic
this is the wizzarding world of
sadique est mon deuxième prénom.
informations
sadique est mon deuxième prénom.

correspondances : 29
entrée : 28/11/2014
gallions : 325

♦ Nota Bene
: recherches de liens en tout genre.
: //
: Ma baguette



Message Posté Dim 21 Déc - 7:14.
    Depuis un bon moment déjà, de nombreux droits avaient étés retirés à Mischa. Ces droits qui lui avaient étés enlevés n'avaient toutefois été que rarement dérangeants pour lui. Dès sa libération, il avait fait preuve d'une grande coopération et adaptabilité à ce qu'on attendait de lui. Constamment surveillé, étiqueté comme dangereux criminel, il avait fait profil bas jusqu'à son entrée dans la Résistance. Le bourreau dénommé Mischa Krushnic avait pris un temps d'arrêt lors de sa libération conditionnelle et son enseignement à l'Université. Cette année, pourtant, il pouvait redevenir celui qu'il avait toujours été, celui avec qui on craignait d'avoir un tête à tête dans la salle de torture. Homme quelque peu paradoxal, qui fût Pacificateur plus tôt, portait désormais le visage de ceux que l'on nomme psychopathes : agressif, sadique et féroce. Cela s'expliquait simplement : il le faisait, parce qu'il le pouvait. La nouvelle direction de l'institut redonna à l'Ukrainien certains de ses droits. Sa peine avait été levée, il avait une ex-auror de son côté, ainsi que de nombreux autres sorciers aux côtés desquels il avait combattu dans la Résistance. Dans sa vie, il avait blessé et martyrisé nombre de personne, tout comme il en aida et protégea tout autant, ce qui causait une grande confusion pour tous. Valait mieux ne pas tenter de comprendre cet homme.

    Les pas du professeur de magie noire résonnaient dans les couloirs. Sa démarche était, comme à l'habitude, imposante, agressive et déterminée. Les élèves se dispersaient à sa vue. Le regard empli de rage, on oubliait pratiquement que cet homme avait sauvé la vie de nombreuses personnes lors de la guerre. C'était comme si on était retourné en arrière de deux ou trois ans : avant que l'Organisation secrète ne commence à causer la chaos, avant que la boîte de pandore ne soit ouverte, avant toutes les tragédies ayant sévit dans le monde magique depuis, la Guerre, les morts, tout. L'image était la même, il n'y aurait eu qu'à demander à ses anciens élèves. Pourtant, rien n'était pareil. De sa main gauche, le professeur empoignait solidement le bras d'un jeune élève, du nom de Yasha Muratov, qu'il traînait derrière lui. Ce dernier se débattait en vain, et Mischa traçait son chemin sans mal. Nouvellement arrivé entre ces murs, ce sang-mêlé connaissait déjà le nom de cet homme avant même d'avoir mis les pieds dans cet institut. Ce jour-là, il s’apprêtait à avoir le nom de ce bourreau gravé en sa mémoire – et sur sa chair – pour bien des années à suivre. L'insigne grise que portait l'élève, couleur des Pouloudnistas, ne prévoyait rien de bon pour lui. Les regards qui croisaient le professeur et l'élève les fixaient pratiquement tous, ne serait-ce que l'espace d'un instant. On savait bien ce qu'il l'attendait. Certain pouffaient même devant cette scène dont ils avaient été témoins de nombreuses fois. S'il avait porté le rouge, ceci ne se serait jamais produit. Le regard de Mischa, qui fixait droit devant sans porter quelconque intérêt au reste du monde, était tout aussi noir qu'autrefois, mais bien plus cerné – chose que l'on aurait cru impossible – et bien moins vivant. Ses prunelles semblaient vidées, comme si on avait épuisé toute son énergie vitale. On disait qu'Azkaban l'avait rendu fou, bien plus qu'avant. On le disait, bien sûr, mais secrètement, lorsqu'il n'y avait aucune chance qu'on ne l'entende. Voilà l'erreur qu'avait fait ce jeune insolant de première année, dont les connaissances étaient pires que celles d'un veracrasse : il avait dit tout haut ce qu'on disait tout bas. Dites, vous êtes certains que ce n'est pas à Azkaban que vous avez perdu la raison!? Ce jours-là, son cours était le deuxième volet sur les effets de la magie noire sur ses utilisateurs. Il survolait les effets néfastes que pouvait avoir ce type de magie sur la psychologie des sorciers, précisant qu'un mauvais usage de celui-ci avait mené plusieurs sorciers à perdre la raison. C'est là qu'était intervenu cet idiot de Pouloudnistas. Plusieurs avaient rit à cette remarque, mais Mischa n'avait pas manqué à rétablir l'ordre en un bref instant. Tous ceux qui avaient réagit de telle sorte avaient un devoir supplémentaire, et Muratov était prié de rester après le cours, nul besoin de connaître la suite pour comprendre.

    Sur son chemin, Mischa croisa une fenêtre, de laquelle se tenait d'un peu trop près un détraqueur. L'Ukrainien n'eut nul besoin de le voir pour sentir sa présence. À son passage près de la fenêtre, un cri aiguë résonna dans ses oreilles. Il se tourna vers la fenêtre, furieux, pour observer brièvement la créature. Ce cri lui était désormais familier, et bien entendu, il fut le seul à l'entendre. Inconsciemment, il resserra encore plus sa main sur le bras de Muratov, qui échappa une plainte de douleur. Mischa n'y porta aucune attention, alors qu'il souleva la trappe pour se rendre aux sous-sols de l'institut. Celle-ci se ferma lourdement, dans un échos auquel plus personne ne portait attention tellement il était fréquent. Lorsque le bruit sourd de la trappe s’éteignit, le silence devint lourd, l'élève se mit encore plus à se débattre, sachant qu'il arrivait bientôt à destination. L'entrée de la salle de danse était déjà visible, ce qui signifiait également que le chemin vers la salle de torture était tout près. Une fois la galerie traversée, il n'aurait plus de chances de sans sortir. Il s'attendait au pire, sans savoir réellement ce qui l'attendait puisqu'il s'agissait là de sa première visite en ces lieux. La chance n'était point du côté de ce Pouloudnista, puisque l'humeur de Mischa fût bien empiré par cette courte rencontre du détraqueur. À croire que les rumeurs étaient vraies, et qu'Azkaban lui avaient bien causé du dommage, mais ça, jamais il ne se l'avouerait.

La violence est la faiblesse de l’orgueil ♦ Evdokiya & Mischa

T H E . H E A R T . O F . A . D R A G O N :: Б И Б Л И О Т Е К А

Sujets similaires

-
» une photo de faiblesse!!!
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Orgueil et préjugés (27/11 - 19h55)
» L'orgueil précède la chute...

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: